Ne manquez pas !
Accueil / New York / Upper West Side

Upper West Side

Upper West Side
4.3 (86.67%) 3 votes

Secteur en grande partie défavorisé et sinistré entre la crise de 29 et les années 1970, l’Upper West Side a fait l’objet, dans la deuxième moitié du 20e siècle, d’une politique de grands travaux destinée à éradiquer les poches de misère.

Le quartier acquit à cette époque une réputation d’anticonformisme, de tolérance sociale, de militantisme et d’activisme politique. C’est un secteur plus désinvolte, moins « grande bourgeoisie » et plus « rive gauche » que son homologue situé du côté Est de Central Park.

Comme tous les quartiers de Manhattan au-dessus de la 59e rue, l’Upper West Side fut autrefois composé d’un ensemble de petits villages ruraux (Harsenville, Striker’s Bay ou Bloomingdale Village) et des résidences de campagne de riches industriels et commerçants.

Avec la dépression des années 1850, le secteur fut occupé par des milliers de sans-abris; bidonvilles et habitations insalubres se développèrent.

De grands travaux pour la réhabilitation du quartier débutèrent en 1867, avec le percement d’avenues et la constructions d’immeubles de prestige comme le Dakota building, le Beresford ou le Majestic, ou comme le Century (le plus au sud) et l’Eldorado, tous deux caractéristiques en raison de leurs tours jumelles dominant Central Park d’une skyline bien particulière.
Entre la crise de 29 et les années 1970, de nombreux résidents émigrèrent vers les autres boroughs ou vers les banlieues et le quartier fut une nouvelle fois en grande partie envahi par la pauvreté, la drogue et le crime, principalement en bordure de l’Hudson où se trouvaient alors emprises industrielles et entrepôts ferroviaires des gares new-yorkaises. C’est le west-side des brownstones occupés par des immigrés porto-ricains du célèbre West-Side Story.
Immeubles Art Deco
Un ensemble d’immeubles prestigieux fut construit à la fin du 19e siècle le long de cette avenue encore campagnarde qu’était Central Park Ouest : Le Majestic, le Dakota, le San Remo, le Langham, le Kenilworth, le Beresford et l’Eldorado.
Ces immeubles virent s’installer non pas les grandes familles de New York, mais plutôt des personnalités des arts, de la littérature, du théâtre, de la publicité, du sport… et du crime.

 

Le Dakota
Sur la 72e rue. Il fut construit entre 1882 et 1884 par l’architecte Henri Hardenbergh, qui dessina aussi le Plaza

Hôtel. Le nom du Building fut choisi par dérision en raison de son éloignement du centre-ville à l’époque de sa construction… (Le Dakota, Etat de l’Ouest au nom indien était encore synonyme de « bout-du-monde »).

Il se compose de 85 appartements, de quatre pièces à vingt pièces. Les plafonds du deuxième étage atteignent 4,5 mètres de hauteur, ceux du 7e étage 3,7 mètres. Les murs intérieurs sont revêtus de bois précieux. La façade associe un mélange de brique jaune, de marbre rose et de brownstone. Le film fantastique de Roman Polanski, Rosemary’s Baby, tourné en 1969 dans le Dakota, vous permettra de pénétrer virtuellement dans le prestigieux immeuble.

Le Dakota est aussi aujourd’hui malheureusement bien connu pour avoir été le théâtre, en décembre 1980, de l’assassinat de John Lennon, qui y occupait un appartement du 7e étage côté est.

Le Majestic
Construit par l’architecte Irwin Chanin en 1930. Autrefois un hôtel avant d’être reconverti en immeuble résidentiel, il était réputé pour son Roof Garden, jardin en terrasse, aménagé avec des fontaines et autres cascades…

Il fut la résidence de nombreuses célébrités des arts et du show-buisness, mais aussi celle de célèbres gangsters tels Lucky Luciano ou Frank Costello.

D’autres célèbres immeubles art-déco parsèment le quartier. A découvrir si vous le pouvez :
L’Ansonia (Broadway et 73e rue) avec ses tours d’angle et ses balcons, le Hendrick Hudson (Riverside drive et 110e rue), l’Apthorp (Broadway et la 79e rue) de style renaissance italienne, le Belnord (Broadway et la 86e rue), le San Remo (145-146 Central Park West) dont les tours jumelles dominent le parc depuis 1929.

Juliard School
Le conservatoire de musique de New York, fondé en 1905, acquit très vite une grande renommée en raison de la célébrité de ses professeurs. Située à Morningside Heights de 1910 à 1969, l’école élargit son enseignement pour englober la danse, en 1951, puis l’art dramatique, en 1968.
Depuis 1969, la Juliard School occupe les cinq étages d’un bâtiment du Lincoln center, dans lequel se trouvent regroupés salle de théâtre, salle de concert, bibliothèque ou ateliers de costumes… Une annexe, pour le logement des étudiants, a été ouverte en 1991.
Riverside Park
Cette étroite bande de terrain en bordure de la large Hudson River débute au niveau de la 72e rue pour s’achever vers la 125e rue, au nord de Morningside Heights. La conception de Riverside Park fut confiée à Frederick Law Olmsted en 1973, dans le cadre d’un projet d’aménagement de l’Upper West Side.
L’architecte de Central Park dessina un plan dans le style « pastoral anglais« , adapté à la configuration vallonnée des rives du fleuve. Le parc fut modifié et réaménagé à diverses reprises, et notamment en 1937, sur les plans de Clinton Lloyd.
Bien que traversé sur toute sa longueur par le tracé sinueux de la voie à circulation rapide de la Henry Hudson Parkway, il est l’un des parcs les plus appréciés et les plus fréquentés de Manhattan.

Les points principaux en sont  la Plaza au niveau de la 89e rue, sur laquelle se trouve le Soldiers and Sailors Monument, le monument aux pompiers de la ville, vers la 100e rue, et la tombe du Général Grant, sur la 121e rue.

L’un des plus célèbres immeubles de l’Upper West Side, il pourrait évoquer un immeuble haussmannien si ce n’était sa hauteur, sans commune mesure avec celle des immeubles parisiens. Luxueuse construction de plus de 2 500 pièces d’habitation, il fut achevé en 1804.

Le Dakota building se compose de 85 appartements, de quatre pièces à vingt pièces. Les plafonds du deuxième étage atteignent 4,5 mètres de hauteur, ceux du 7e étage 3,7 mètres.
Sur la 72e rue et Central Park West, il fut construit entre 1882 et 1884 par l’architecte Henri Hardenbergh, qui dessina aussi le Plaza Hôtel.

A l’angle de Central Park West et de la 77e rue, une organisation dédiée à la préservation de l’histoire de New York.

Un ensemble d’immeubles prestigieux fut construit à la fin du 19e siècle le long de cette avenue encore campagnarde qu’était Central Park Ouest : Le Majestic, le Dakota, le San Remo, le Langham, le Kenilworth, le Beresford et l’Eldorado.

Construit par l’architecte Irwin Chanin en 1930. Autrefois un hôtel avant d’être reconverti en immeuble résidentiel, il était réputé pour son Roof Garden, jardin en terrasse, aménagé avec des fontaines et autres cascades…

Construit en 1908 au 151 Central Park West par les architectes Ralph Townsend, Steinle et Haskell, revendique un style Beaux Arts.

Un ensemble architectural massif dont la façade est orientée vers Central Park. Le colossal bâtiment tout en longueur étend sa façade sur 229 mètres et sa hauteur sur cinq étages. Il fut construit entre 1874 et 1899 d’après les plans des architectes Olmsted & Vaux, Cady, Berg & See dans un secteur connu sous le nom de Manhattan Square.

Une grande épicerie de quartier, sur Broadway, dans l’Uper West Side.

La célèbre épicerie fine de l’Upper West Side, spécialiste du café, du poisson fûmé, du caviar, des fromages et de la viande deli.

Sur Broadway, au niveau de la 80e rue, la grande épicerie fine fondée par Louis Zabar, qui immigra d’Ukraine au début du 20e siècle.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.