Ne manquez pas !
Accueil / Est / Williamsburg, l’ancienne colonie britannique

Williamsburg, l’ancienne colonie britannique

Williamsburg, l’ancienne colonie britannique
4.6 (91.11%) 9 votes

De 1699, date de sa fondation, à 1780, Williamsburg fut la plus ancienne, la plus importante et la plus vaste des colonies britanniques en Amérique du Nord. Le visiteur s’y promène aujourd’hui au cœur d’ un environnement recréant la vie d’une implantation coloniale sur le continent américain au 18e siècle.

De 1699, date de sa fondation, à 1780, Williamsburg fut la plus ancienne, la plus importante et la plus vaste des colonies britanniques en Amérique du Nord. Le visiteur s’y promène aujourd’hui au cœur d’ un environnement recréant la vie d’une implantation coloniale sur le continent américain au 18e siècle.
Le 13 mai 1607, les premiers colons britanniques débarquent sur les côtes de l’actuelle Virginie et installent des campements sommaires en bordure d’une large embouchure fluviale qu’ils baptiseront James River. Ils sont rapidement rejoints par d’autres groupes d’immigrants et, dès 1630, la côte sud de la Péninsule de Virginie est déjà largement peuplée.

Les nouvelles terres n’étaient pas vierges de toute présence humaine: les indiens Powhatan,  qui occupaient la région, durent de replier vers le nord de la péninsule, tandis que les colons se maintinrent par sécurité en bordure de la rivière, seule échappatoire possible en cas d’attaque, et s’entourèrent de hautes palissades.

Première capitale de la Colonie de Virginie, Jamestown le resta jusqu’à ce qu’une série d’incendies, accidentels ou dus à des rébellions, n’incitent les membres du gouvernement à s’installer à une douzaine de miles de là, entre les rivières James et York, dans les bâtiments scolaires d’un bourg alors nommé Middle Plantation, et qui fut rebaptisé Williamsburg en 1699, en l’honneur du roi William III (Guillaume III d’Angleterre).

A partir de 1699, Williamsburg se maintint comme capitale de la plus ancienne, plus grande et plus peuplée des colonies britanniques d’Amérique du Nord, jusqu’à ce qu’en 1780, sous l’influence de Thomas Jefferson, la plus grande et plus peuplée Richmond soit finalement choisie comme capitale de la « Colony and Dominion of Virginia« .

Durant cette période d’un peu plus de huit décennies, Williamsburg eut une importance politique de premier ordre à une époque où les idées nouvelles étaient en train de prendre forme. Ses rues, maisons, tavernes et édifices publics résonnent encore des pas des hommes politiques et patriotes qui portèrent les notions de liberté, d’indépendance et de bonheur individuel, et influencèrent l’Amérique et le monde entier sur la voie de la Démocratie : George WashingtonThomas JeffersonPatrick Henry ou George Mason.

La capitale transférée à Richmond, Williamsburg devint un tranquille bourg de province se dépeuplant peu à  peu. Ce n’est qu’en 1926 que le recteur de la paroisse de Jamestown, inquiet d’assister à la lente décrépitude de ce qui fut une capitale historique, contacta John D. Rockefeller pour lui proposer de s’associer à une rénovation du village colonial d’autrefois. Rockefeller soutint ainsi la rénovation de Williamsburg, jusqu’à sa mort en 1960.

Le Williamsburg colonial que l’on visite aujourd’hui permet de découvrit 88 édifices rénovés, ainsi que d’autres, reconstruits à partir de documents d’époque. Dans ces bâtiments le visiteur découvrira des échoppes d’artisans, des maisons particulières transformées en musées, des jardins, des bâtiments public, parmi lesquels la Raleigh Tavern restaurée en 1932. Quelque 70 métiers sont présentés le long de la rue principale, par des artisans qui vivent sur le site, pratiquent leur spécialité ainsi qu’elle s’exerçait au 18e siècle et initient même le public à leur artisanat : forgeron, imprimeur, tailleur, charpentier, maçon, jardinier, orfèvre, perruquier, chocolatier, brasseur, cordonnier, menuisier… Le plus grand musée vivant des Etats-Unis.

A une heure de route de Richmond et un peu moins de trois heures de Washington DC, Colonial Williamsburg est ouverte toute l’année. Des parkings (avec parcmètres) sont aménagés aux abords de la ville (laquelle n’est pas accessible aux véhicules). Les tickets sont en vente au Visitor Center, où l’on pourra assister à un film d’orientation de 30 minutes. Le ticket-journée coûte 22,55$ pour les adultes et 11,50$ pour les 6-12 ans. L’achat de tickets est nécessaire pour visiter l’intérieur des édifices historiques ou pour assister à des reconstitutions et programmes spéciaux. Mais il n’est en revanche pas demandé de ticket pour se promener dans les rues, déjeuner ou dîner dans les tavernes ou visiter les boutiques.

On peut admirer à Fort James les répliques grandeur nature de trois navires qui conduisirent les colons sur la côte de l’actuelle Virginie et devancèrent le Mayflower de 13 ans.

Reconstitution d’un bateau de colons britanniques à Jamestown.

Le 12 mai 1607 les colons britanniques jetèrent l’ancre dans ce bras de la James River. Dès le lendemain, ils établirent un campement à Jamestown.

Une demeure coloniale isolée au coeur de son parc, dans le secteur du Capitole de Williamsburg.

La rue principal de Williamsburg. Franklin Roosevelt l’appela la « rue la plus historique de toute l’Amérique ». George Washington et Thomas Jefferson s’y promenèrent, et plus récemment, Bill et Hillary Clinton, Ronald Reagan, Lyndon Johnson, Dwight David Eisenhower, Harry Truman, ou le premier ministre britannique Winston Churchill.

Siège du pouvoir dans la Colonie de Virginie ce capitole de briques s’élève dans la partie est de Williamsburg. Des réunions s’y tinrent en mai 1776 pour l’Indépendance de l’Amérique.

Reconstitution d’un campement de l’armée britannique dans les jardins du Capitole de Williamsburg.

Une magnifique maison d’une belle couleur rouge sombre sous son érable séculaire. A la différence de nombreuses autres maison parmi les 88 présentées à Williamsburg, celle-ci était toujours debout lors de la rénovation du village.

Le siège de la loi et de l’ordre au 18e siècle. On remarquera l’absence de colonnes sous le portique et les doubles portes s’ouvrant directement sur la salle d’audience.

Une taverne du 18e siècle, reconstruite en 1941 sur ses fondations originales.

Construit en 1715 par le Governor Alexander Spotswood pour stocker les armes, la poudre et les munitions nécessaires à la protection contre les indiens, aux révoltes d’esclaves et aux raids des pirates.

Achevé en 1722, le palais du gouverneur fut habité par neuf des gouverneurs du roi d’Angleterre, parmi lesquels Patrick Henry et par Thomas Jefferson. Détruit par un incendie en décembre 1781, le palais fut reconstruit au début des années 1830 par la fondation du Colonial Williamsburg fiancée par John D. Rockefeller.

Des animations pour enfants dans le parc du château du Gouverneur.

Une belle demeure de style Greek Revival construite quelques années avant la Guerre de Sécession par Lemuel Bowden qui fut plus tard un membre du Sénat à Washington.

Une taverne populaire dont la création remonte à 1766.

Une boutique de chapeaux et de vêtements à l’ancienne installée dans une ancienne maison du village.

Les maisons coloniales merveilleusement rénovées contribuent au charme de Colonial Williamsburg.

Chevaux et calèches contribuent à rendre à Williamsburg son aspect d’autrefois.

Une belle maison construite dans les années 1717-1719 pour le Docteur John Pitt. Une petite boutique attenante à la maison servait à la fabrication et à la vente de produits pharmaceutiques. Détruite par un incendie en 1896, la maison a été reconstruite quarante ans plus tard à partir d’une ancienne photographie.

Une taverne créée vers 1771 et dans laquelle se réunissaient principalement les planteurs et les marchands de toute la colonie de Virginie.

Une boutique de Merchant’s Square.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.