Ne manquez pas !
Accueil / Ouest / Oregon, l’Historic Highway 30

Oregon, l’Historic Highway 30

Oregon, l’Historic Highway 30
3.8 (76.36%) 11 votes

Quel que soit le pays que vous visitiez, il est des routes mythiques inoubliables. Dans l’état de l’Oregon, cette voie existe et est devenue en 1913, la première route scénique aux Etats-Unis. Elle longe la « Colombia River » du côté de l’Oregon car cette rive est la plus escarpée et plongeante.

Par André Girod

De l’autre côté du fleuve, dans l’état de Washington, la montagne, plus éloignée, descend par paliers vers le bord de l’eau. Cette rive a vu l’établissement de chemins, puis de routes plus tôt et dans des conditions plus faciles de construction.
Pour permettre une voie plus directe de Portland à Pendleton, à l’Est, il fallait tailler un passage à travers la gorge de la Colombia River.
En 1913 et pendant deux ans, des équipes de terrassiers creusèrent et firent sauter à l’explosif des pans entiers de la falaise de basalte aussi dur que du granite. Les pans de colonnes de basalte rappellent la «  Chaussée des Géants » en Irlande mais sur des dizaines de kilomètres.  Ils construisirent des ponts, percèrent des tunnels. Un travail dans des conditions atmosphériques épouvantables : pluies, glissements de terrain, froid l’hiver.
Sous la direction de l’ingénieur Samuel Lancaster,  au péril de leur vie, des centaines d’ouvriers réussirent un tour de force et un exploit de premier ordre. Surtout que Samuel très pieux ne voulait en aucun cas défigurer «  what God had put there » ( ce que Dieu avait mis là). En effet tombant du haut de la paroi abrupte de la falaise, un certain nombre de chutes étaient spectaculaires : la chute de Multnomah atteint 600 pieds de haut soit 200 mètres. Elle est grandiose et se trouve à quelques dizaines de mètres de la chaussée.

Le long du parcours qui fait 120 kilomètres de long, il n’y a pas moins de huit !

La gorge du fleuve dépasse les 1 000 mètres de verticalité. De quoi donner le vertige. Le Grand Canyon fait 1800 mètres de profondeur.
L’effet est d’autant plus remarquable que s’accrochent des pins, des chênes et d’autres plantes qui n’ont certainement pas peur du vide. Une vue inoubliable est celle des chênes dont les bras squelettiques et les doigts crochus sont habillés d’une mousse épaisse qui donne l’allure d’une veste matelassée bordée de franges. Au bout des manches de longs gants de velours vert dissimulent les phalanges décharnées. Quand le soleil brille au travers du feuillage en colonnes de lumière, le paysage est enchanteur et rappelle les illustrations de nos contes de fées. On s’attend à voir apparaître Merlin, Camelot ou Robin des Bois !

La route est étroite et sinueuse, épousant chaque renfoncement, chaque goulet, chaque avancée rocheuse. A donner vertige et frissons.
L’été d’après Rita ( voir son portrait), l’été est catastrophique : des milliers de visiteurs viennent voir les chutes et prendre les multiples sentiers qui s’enfoncent dans la forêt et grimpe le long des parois de la gorge. Le stationnement est horrible car l’ingénieur Samuel Lancaster n’avait jamais prévu que cette route deviendrait presqu’un lieu de pèlerinage pour les habitants de l’Oregon et de l’état de Washington, sans compter les Américains de l’Est, du Sud et du Nord. Enfin heureusement d’après Rita, le nombre d’étrangers est assez limité puisque c’est un long chemin depuis l’Europe ou l’Asie. Les touristes surtout s’ils ont peu de temps préfèrent quand même le Grand Canyon ou les autres parcs de l’Ouest.
Pour terminer, au bout de la route ou plutôt au début du parcours s’élève sur un éperon rocheux la «  Vista House », espèce de tour octogonale comme celle de John 0’ Groats en Ecosse. Petit détour : John O’ Groats avait huit fils aussi querelleurs les uns que les autres. Pour éviter une affaire de protocole et d’ordre d’entrée, il construisit une maison à huit côtés avec chacun sa porte ! Plus de problèmes !

Cette tour à l’entrée de la gorge au départ de Portland est connue sous le surnom de «  Million dollars Toilets » ! En effet, avant de s’enfoncer dans la gorge, ces dames devaient s’isoler pour se soulager. Un millionnaire de Portland décida de construire alors un lieu d’aisance digne de ces bourgeoises huppées et riches qui le samedi et le dimanche faisaient leur promenade le long de cette oeuvre d’architecture. Les murs en pierres de taille furent montés par des maçons italiens importés directement d’Italie. Les mêmes qui avaient construit les murs de soutien et les murs des aplomb le long de la route. Ils avaient aussi élevés le long des précipices des parapets de pierres percés de milliers de petites voûtes, un peu genre gothique du plus bel effet.
Les marbres du sol sont italiens, les pierres d’achoppement et des cadres proviennent du Minnesota. Les vitraux furent montés sur place. Une fortune de 100 000 dollars dépensée pour ces « Society ladies » ! Le brave homme crut être un jour remboursé par l’état de l’Oregon. Il attend toujours !

La Highway 30 a été remplacé par l’autoroute 84 pour les gens pressés qui vont de Portland à Pendleton. Mais les Kairos comme nous, nous prenons la 30 avec toutes ses agréables surprises et ses formidables chutes d’eau. A chacun son plaisir !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.