Ne manquez pas !
Accueil / Sud Ouest / Grand Canyon National Park

Grand Canyon National Park

Grand Canyon National Park
4.7 (94.44%) 18 votes

Le spectacle offert par le Grand Canyon, l’un des plus beaux que l’on puisse voir aux États-Unis, est le symbole de l’étonnante diversité des paysages, des climats, des couleurs, de la flore et de la vie animale sauvage que l’on trouve dans les parcs nationaux américains.

Même saturé de littérature, de photographies, le visiteur qui découvre cette merveille géologique reste émerveillé par ces gouffres (leur profondeur peut dépasser 1 600 m) ouverts dans une roche teintée de rouge vif et de gris.

Le Grand Canyon de l’Arizona s’étend au total sur 350 km, dont 161 seulement sont compris dans les limites du parc. La faille, sur l’ensemble du parcours, est large de 6,5 à 29 km.

A l’intérieur du parc, elle est bordée par deux plateaux. A partir du plateau nord (North Rim), qui dépasse en moyenne de 365 m le plateau sud (South Rim), le Grand Canyon, qui est situé à 2 438 m d’altitude, plonge à une profondeur de 1 737 mètres.

Les Rims, à peu prés parallèles, ne sont éloignés en moyenne que de 14,5 km (344 km par la route), mais ils se distinguent nettement par leur climat, leur végétation et leur faune. Le volume des précipitations, par exemple, est deux fois plus important sur le North Rim et le célèbre sapin concolor qui y pousse n’existe pas du côté opposé. On trouve des écureuils spermophiles et des chiens de prairie sur l’un des plateaux, mais pas sur l’autre. II s’agit là de sous-espèces de races animales autrefois non diversifiées qui ont été séparées par l’approfondissement progressif de la fissure et ont évolué de manière différente.

Au fond du canyon, des cavernes ont livré des statuettes vieilles de 4 000 ans, représentant des moutons à grandes cornes et des antilopes à queue noire.

Tusayan Ruin, à l’intérieur des limites du Parc, on a retrouvé les traces d’une trentaine d’individus qui vivaient là en l’an 1200 de notre ère, époque à laquelle les Indiens Havasupai s’installèrent dans le Grand Canyon.

Des descendants de la tribu vivent encore dans cette région verdoyante, riche en cascades où, sur des terres irriguées, ils cultivent des plantes potagères, des arbres fruitiers et élèvent du bétail. Ils font également du commerce avec les touristes assez audacieux pour emprunter, à pieds ou à cheval, une piste escarpée de 13 km qui longe des parois de roche rouge presque verticales et conduit au village de Supai, à quelque 600 mètres en contrebas. Ce hameau perdu dans la nature compte 200 habitants. Les amateurs de calme y trouvent un gîte et des installations pour campeurs.

Au pied des falaises (où les températures estivales peuvent atteindre 51 °C à l’ombre) serpente le fleuve Colorado, que les Indiens de l’endroit appellent « très mauvaise eau ». Cette force de la nature, roulant avec violence une eau verdâtre et bourbeuse, semble vouloir faire de son mieux pour arracher les 700 mètres de roche qui la séparent encore du niveau de la mer.

En fait, le Grand Canyon s’approfondit et s’élargit de quelques centimètres tous les millénaires et des géologues ont estimé qu’il devrait avoir complètement disparu dans six millions d’années.

La plupart des visiteurs pénètrent dans le parc par le côté sud. D’un accès aisé, le South Rim, qui ne ferme jamais, offre aux touristes des magasins de matériel de camping, des terrains aménagés, des «lodges» confortables, des restaurants typiques, une navette gratuite d’autocars pour visiter les lieux et même un journal local qui rend compte de toutes les activités propres au parc.

En dehors des quelques avant-postes de la civilisation installés ici et là, le Grand Canyon n’en conserve pas moins sa splendeur désolée. Les distances entre les points habités sont importantes, l’eau et l’ombre sont rares et seuls les marcheurs endurants peuvent suivre les quelques sentiers de randonnée qui pénètrent en pleine nature.

L’un des sentiers préférés du public pour accéder au fleuve est le Bright Angel Trail qui, depuis le South Rim, descend à une profondeur de 1 360 mètres sur un parcours de 12 km. La piste Kaibab, longue de 23 km, commence au North Rim, et conduit au refuge de Phantom Ranch, ouvert toute l’année (mais pour lequel il vaut mieux effectuer ses réservations plusieurs mois à l’avance si l’on veut être sûr d’y avoir une place).

II faut un permis pour toute excursion de plus de vingt-quatre heures et les marcheurs ne dépassent guère une moyenne de 1,6 km/h, à raison de huit heures par jour, sur les sentes accidentées que sont les Wilderness Trails.

Le moyen de locomotion idéal pour descendre dans le lit du fleuve est la mule, qui parcourt allègrement les 14,5 km des deux chemins sur lesquels elle peut circuler et qui partent de l’un et l’autre plateau. On peut faire une promenade d’une journée au fond du canyon ou partir pour deux jours. Les mules sont parfaitement à leur aise sur les pistes indiennes qui, malgré les aménagements apportés par les mineurs dans les années 1890, demeurent extrêmement étroites et abruptes.

Le Parc National de Grand Canyon est situé au nord-ouest de l’Arizona. Il s’étend sur 277 miles de la Colorado River. Le droit d’entrée est de 25 $ par véhicule (pour sept jours) ou de 12 $ par individuel.

L’entrée Est du South Rim, le versant sud de Grand Canyon. On accède à cette entrée en empruntant la Highway 64, après avoir quitté la 89 au niveau de Cameron.

 

Conçue par Marie Coulter en 1832, dans un style inspiré des anciennes architectures Pueblo, Desert View Watchtower domine le secteur Est de Grand Canyon National Park. Construite pour le compte de la Santa Fe Railroad afin de fournir un point de repos aux passagers venus en train ainsi qu’un point d’observation sur le Grand Canyon, la tour fut aussi élevée dans l’optique d’informer le public sur la vie, passée et présente des peuples natifs.

 

Au fond du Grand Canyon se déroule le long ruban du puissant Colorado, principal artisan de la formation du canyon. Le fleuve s’étend sur une longueur de 2 330 kilomètres depuis sa source dans les Montagnes Rocheuses du Colorado jusqu’à son embouchure dans le Golfe de Californie au Mexique. Sa largeur varie entre 23 et 91 mètres. Sa profondeur moyenne de 11 mètres peut atteindre 30 mètres par endroits. Son dénivelé est de 3 353 mètres entre sa source et son embouchure. Il s’abaisse de 670 mètres durant la traversée du Grand Canyon.

 

Proche du principal Visitor’s Center, Yavapai point offre l’une des plus belles plateformes d’observation sur le Grand Canyon. De nombreux visiteurs viennent s’asseoir ici en fin de journée pour admirer le coucher du soleil sur les roches rouges et ocres du canyon.

 

Jusqu’en 1911, Grandview fut la destination touristique la plus populaire de Grand Canyon. A partir de 1911, lorsque le Santa Fe Railroad atteignit Grand Canyon Village, 20 kilomètres plus à l’Ouest, peu de touristes continuèrent à emprunter l’inconfortable diligence de Grandview.

 

La Kiva est une pièce dédiée aux cérémonies. Sa structure est issue des ancestrales « Pithouses » Pueblo. Consacrée aux cérémonies et les rites elle peut occasionnellement servir à entreposer des réserves ou à héberger des membres d’autres villages.

 

On découvre à Tusayan Ruins les ruines d’un village dans lequel vécut durant 25 à 30 ans une communauté d’une trentaine de personnes vers la fin du 12e siècle. Les restes du village furent mis à jour en 1930.

 

Powell Point. Troisième point d’arrêt pour la navette d’Hermit’s Rest Route qui longe la partie Ouest de South Rim. Le nom de cet éperon rocheux s’avançant sur le Canyon fait référence à John Wesley Powell qui fut en 1869 le premier Américain à atteindre ce point.

 

El Tovar Hotel. En 1901, le Santa Fe Railroad atteignait Grand Canyon. Devant l’afflux de touristes, il fut décidé de construire un hôtel dans le style « Chalet Suisse ». L’hôtel ouvrit en 1905. Il reçut le nom de l’explorateur espagnol Don Pedro de Tovar. Les Présidents des Etats-Unis Theodore Roosevelt et William Taft en furent client. Cet hôtel de 78 chambres, qui connut le succès tout au long de son histoire est exploité depuis sa création par la même société, la Fred Harvey Company.

 

Le Rim Trail, sentier de la falaise, serpente le long du versant sud entre Pipe Creek Vista et Hermit’s Rest, au milieu d’une végétation caractéristique de la région faite de pins et de genièvres. Le Rim Trail est un sentier facile, d’un dénivelé pratiquement inexistant, et qui permet de jouir des vues les plus fantastiques sur Le Grand Canyon et le fleuve Colorado.

 

Bright Angel Trail Point.
De ce point, situé à proximité de Bright Angel Lodge, part le sentier de randonnée le plus fréquenté de Grand Canyon. Le parcours de 15 km allez-retour jusqu’à Indian Garden (dénivelé de 933 mètres) requiert entre 6 et 9 heures de marche.

 

L’âge géologique des rochers du Grand Canyon est très variable. Le calcaire « Kaibab » des bords du canyon a été formé il y a 270 millions d’années. Les roches les plus anciennes, au fond du Grand Canyon datent d’il y a 1 840 millions d’années. A titre de comparaison, les géologues évaluent généralement l’âge de la Terre à 4 550 millions d’années. Le Canyon, lui même, aurait commencé à se former il y a 5 à 6 million d’années, c’est à dire très récemment à l’échelle de la géologie.

 

Le Canyon s’étend sur une longueur de 450 kilomètres, de Lees Ferry à l’Est jusqu’à Grand Wash Cliffs à l’Est. La distance moyenne d’un « rim » à l’autre est de 16 kilomètres, mais il vous faudra parcourir 40 km par le sentier pour rejoindre le côté Nord depuis Grand Canyon Village (et 330km par la route). Le versant sud est à une altitude moyenne de 2 134 mètres tandis que le versant nord atteint une moyenne de 2 438 mètres). Le fleuve coule à plus de 1 500 mètres en contrebas des bordures du canyon. En ce qui concerne l’âge de Grand Canyon, les géologues l’estiment à six million d’années (mais les roches qui le composent ont elles des centaines de millions d’années).

 

Première réalisation à Grand Canyon de l’architecte Mary Colter (1869-1958). En 1905, les propriétaires du El Tovar Hôtel engagèrent l’architecte pour réaliser un bâtiment destiné à exposer et à vendre des objets d’artisanat indien. La construction s’inspire des habitations indiennes du village Hopi de Old Oraibi (Navajo Country, Arizona).

 

A partir d’Horseshoe Mesa, Grandview Trail descends de 800 mètres sur une distance de 5 kilomètres. Le sentier aux innombrables marches de pierre fut construit en 1892 pour relier les mines de cuivre à Horseshoe Mesa. Grandview Trail ne se poursuit pas jusqu’au fleuve. Pour atteindre le Colorado il faudra emprunter le Tonto Trail.

 

Un sentier difficile et non entretenu débute à 150 mètres à l’ouest d’Hermit’s trail. Rocheux et peu ombragé, il doit être réservés aux bons marcheurs bien équipés. Attention, l’eau des sources doit être traitée. Le parcours de 11 kilomètres allez-retour pour 430 mètres de dénivelé nécessitera entre 5 et 7 heures.

 

Construit en 1914, Hermit’s rest se situe au terminus des navettes d’Hermit Road. C’est aussi le point de départ du sentier de randonnée d’Hermit’s Trail. Comme pour la Tour de Desert View ou Hopi House, il s’agit d’une réalisation de l’architecte Mary Colter. Autrefois un refuge pour les randonneurs, Hermit’s Rest fait référence à l' »Hermite » et prospecteur Louis Boucher qui vécut plusieurs années à cet endroit.

 

Parmi les randonnées permettant de quitter Rim Trail pour s’enfoncer dans cette « montagne à l’envers », les plus appréciées du public sont Bright Angel Trail, South Kaibab Trail et Hermit Trail. Les Rangers du Parc vous déconseilleront de faire l’aller-retour jusqu’au fleuve en une seule journée : les distances sont longues, les températures élevées dès le printemps, l’humidité faible, et les dénivelés importants.

 

Pour une randonnée de plus d’une journée, nécessitant donc de bivouaquer dans le Grand Canyon, une demande doit être faite et un permis obtenu. Les permis peuvent être demandés à partir de quatre mois en avance. Un droit de 10$ par permis plus 5$ par personne est demandé. Les sommes perçues sont affectées à l’entretien du Parc et sont considérées comme une compensation de chacun destinée à limiter l’impact sur l’environnement. Si vous n’avez pas fait de demande de permis à l’avance, vous pouvez vous inscrire en liste d’attente tôt le matin auprès du Backcountry Information Center.

 

Le matin de bonne heure et le soir une heure avant le coucher du soleil sont les meilleurs moments pour admirer le Grand Canyon et pour en faire des photos. Dans la journée, surtout l’été, une brume de chaleur parfois assez dense, vient gâcher la finesse du paysage, sans en ôter toutefois la magie…

 

Dans le secteur de Desert View, les soldats de l’expédition espagnole de Francisco Vasquez de Coronado furent en 1540 les premiers Européens à apercevoir le Grand Canyon. Après six mois de voyage, l’armée de Coronado arriva sur les Hopi Mesas, dans l’Est de Grand Canyon. A partir ce ce point, Garcia Lopez de Cardenas, guidé par des Indiens Hopi, prit la tête d’une expédition en direction de la « Grande Rivière ».

 

Au terme d’une journée de promenade sur le South Rim ou de randonnée au cœur du Grand Canyon, les visiteurs ne manquent pas d’admirer l’effet des derniers rayons du soleil sur les teintes ocres du canyon, et l’avancée rapide des ombres sur les formations rocheuses.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.