Ne manquez pas !
Accueil / Sud / Géorgie, une Promenade à Savannah

Géorgie, une Promenade à Savannah

Géorgie, une Promenade à Savannah
4.6 (92%) 5 votes

ll est des villes comme des êtres humains et leur réputation peut dépendre d’un événement historique, d’un livre, d’un film. Parler de Savannah est rappeler une époque qui a disparu depuis longtemps.

Par André Girod

Il est des villes comme des êtres humains et leur réputation peut dépendre d’un événement historique, d’un livre, d’un film.

Parler de Savannah est rappeler une époque qui a disparu depuis longtemps : celle des « Belles du sud » et de leur chevalier servant, qui se promènent au coeur de la vieille ville, le long des avenues bordées de chênes centenaires aux branches desquels s’accrochent des guirlandes de mousse et filets parasites.

Dans le Sud, les gens du pays appellent cela « Spanish moss » car les arbres ont été plantés à l’époque hispanique. Ce décor sublime de voûtes ombragées qui recouvrent les rues ne peut être que celui de « Autant en emporte le vent » et de ces immenses plantations où régnaient un maître puissant et sa famille. Les lotissements d’ailleurs portent ici le nom de « plantations ».

La visite de cette ville éloigne l’étranger de son monde particulier pour le plonger dans une atmosphère baignée de souvenirs multiples : l’esclavage, la guerre civile entre le Sud et le Nord, la vie fermée des clans au milieu de splendides propriétés. La demeure du seigneur, à colonnades de couleur blanche, entourée d’un jardin où dominent les roses, le fuchsia des azalées.

Sous les frondaisons se promènent d’élégantes « Southern Belles », jeunes filles riches et distinguées dans des robes à crinoline, accompagnées de jeunes gens en costume et en chapeau.

Aller de place en place, toutes aussi magnifiques les unes que les autres, vous fait vivre des moments de sérénité. La circulation paisible qui vous entoure, voitures ou calèches, ne vient en rien perturber votre promenade. C’est l’une des villes où l’automobile fait tout pour se faire oublier.  Au centre d’un square, un artiste s’adonne à sa passion et les sujets de beaux tableaux sont multiples. Des Noirs font des fleurs avec des feuilles de palmiers et les retraités discutent sur des bancs. Dans les petites rues adjacentes, les maisons d’un siècle précédent sont bien entretenues par des propriétaires fiers de leur héritage. Derrière les demeures, invisibles de la rue, de charmants petits jardins apportent verdure et fraîcheur, si agréables par ces chaudes journées de printemps.

Le vieux quartier est à apprécier par un circuit improvisé et paisible.

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.