Ne manquez pas !
Accueil / New York / Astor Place

Astor Place

Astor Place
4.6 (92.5%) 56 votes

Au-delà de la 8e rue, Astor Place se détache de Broadway en direction de l’Est et croise d’abord Lafayette Street. La place se prolonge jusqu’à l’extrémité commune de la 4e et de la 4e avenues, à Cooper Square où se trouve le bâtiment de Cooper Union.

La place reçut le nom de John Jacob Astor (1763-1848), émigrant allemand qui fit fortune dans le commerce des fourrures et dans l’immobilier, devint l’homme le plus riche des Etats-Unis à son époque, et une des personnalités dominantes de New York.

Stuyvesant street, qui prolonge Astor Place à l’Est, passe près de Renwick Triangle, complexe de maisons d’habitation datant du milieu du 19e siècle, dû à l’architecte James Renwick. Situé sur le côté nord de la rue, cet ensemble immobilier se poursuit jusqu’à la 10e rue au niveau de son intersection avec la 2e avenue.

Durant les années précédant la Guerre civile, une grande partie des plus riches familles de la ville comme les Vanderbilt et les Delano, habitèrent le quartier.

A partir de 1860, s’y établirent d’importantes usines, faisant du secteur une emprise industrielle peu propice à l’habitat et occasionnant un déclin qui se poursuivit jusque dans les années 1970 lorsque les espaces industriels furent rénovés en lofts et en appartements encore à bas prix, et très prisés par les artistes et les étudiants.

Au cœur d’Astor place est posé sur un de ses angles le cube d’acier de Bernard Rosenthal, »Alamo« .

Astor Place reste dans les mémoires pour avoir connu les graves émeutes du 10 mai 1848 au cours desquelles 22 personnes périrent, à l’Astor Place Opera House (à l’angle de Broadway et d’Astor Place)… pour une question relative à un conflit entre les « fans » de deux comédiens rivaux. La salle de spectacle fut démolie dans les années 1860.

St Mark’s In the Bouwerie
A l’angle nord-ouest de ce carrefour se trouve la petite église de St Mark’s In the Bouwerie. Cette charmante église épiscopalienne de style colonial fut érigée entre 1795 et 1799 (le portique fut rajouté en 1835) sur l’emplacement de la chapelle familiale construite dès 1860 par Peter Stuyvesant à proximité de sa propriété rurale.

Un clocher de style grec revival fut rajouté en 1828, et un intérieur grégorien quelques années plus tard.

Dans le cimetière ombragé, se trouve la tombe de Peter Stuyvesant, ainsi qu’une statue le représentant, offerte en 1915 par la reine Wilhelmine de Hollande.


Cooper Union

L’école des arts, des sciences et des techniques « Cooper Union for the Advancement of Science and Art » fut fondée en 1859 par l’industriel Peter Cooper (1791-1883) afin de dispenser un enseignement industriel de haut niveau.

Aujourd’hui encore, elle dispense un enseignement gratuit à tous les étudiants sélectionnés, dans les domaines de l’architecture, de la mécanique et des arts plastiques.

Le hall de l’école servit longtemps de salle de réunions politiques et de grands orateurs, tels Abraham Lincoln en 1860, y prirent la parole.
La statue en bronze du fondateur, oeuvre de Saint-Gaudens, se trouve à la pointe sud de la place.

Colonnade row
Ce remarquable alignement de quatre maisons (sur les neuf d’origine) avec colonnes corinthiennes fut construit en 1836 dans le style Greek Revival, sur Lafayette street (alors Lafayette Place), juste au sud d’Astor Place.

L’ensemble, inspiré du Regent’s Park de Londres, comprenait à l’origine vingt-sept colonnes de marbre. Elles sont l’oeuvre de prisonniers du pénitencier de Sing-Sing.

John Jacob Astor habita l’une de ces maisons, avant que les quartiers chics ne se déplacent vers le nord.

St Marks Place
A partir de Cooper Square et en direction de Tompkins Square Park s’étend St Marks Place, une rue très animée, fréquentée par des artistes et des étudiants, bordée de bars, de galeries, de magasins de vêtements et de vendeurs de livres et de disques d’occasion.

Cœur de la contre-culture dans les années 1960, St Marks Place fut habitée par des personnages aujourd’hui entrés dans la légende tels Thelonious MonkLenny Bruce ou Habbie Hoffman. S’y trouvait aussi la galerie exposant Jean Michel Basquiat et Keith Haring.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.