Ne manquez pas !
Accueil / Magazine / Quatre grands ensembles naturels – Le relief des Etats Unis

Quatre grands ensembles naturels – Le relief des Etats Unis

Quatre grands ensembles naturels – Le relief des Etats Unis
4 (80%) 3 votes

Quatre grands ensembles naturels peuvent être distingués: le littoral atlantique et ses étroites plaines; le massif appalachien; les grandes plaines centrales drainées par le Mississippi et ses affluents; les hauts plateaux et les montagnes de l’Ouest enfin, jusqu’à la côte du Pacifique. II faut y ajouter l’Alaska et les îles Hawaï.

Au pieds des Appalaches s’allonge, de la Géorgie au Maine, une étroite bande côtière en bordure de l’Atlantique. Ces plaines littorales, les premières occupées par les immigrants au 17e siècle, demeurent aujourd’hui encore les plus peuplées. Zone fertile sédimentaire et alluviale, elle a une altitude partout inférieure a 100 m. La côte généralement basse laisse la mer pénétrer loin dans l’intérieur des terres, comme en témoignent les « sounds » de Caroline et de Virginie au Sud, les baies profondes du Nord, du type ria (Chesapeake, Delaware) ou fjord (Hudson).

Les Appalaches
Le vieux massif primaire des Appalaches ou Alleghenies, s’allonge sur quelque 2000 km, de l’Alabama jusqu’au Vermont et même jusqu’au Saint-Laurent au Canada; mais sa largeur ne dépasse pas 200 km. L’altitude de ce massif usé par l’érosion n’est guère supérieure à 1 500 mètres, le point culminant se situant à 2037 mètres au mont Mitchell en Caroline du Nord.

Bien que séparant la côte atlantique de l’arrière-pays, les Appalaches sont assez aisément franchissables grâce aux percées des rivières, et ne jouent pas le rôle d’une barrière véritable. Toutefois, leur accès est plus difficile en venant de l’Est qu’en venant de l’Ouest : en effet, la chaîne descend lentement sur les plaines centrales et vers les Lacs par une série de plateaux étagés, mais la pente est beaucoup plus accentuée vers l’Est, ou le Piédappalachien ne constitue qu’une brève transition.

L ‘encaissement des cours d’eau, passant des roches dures du Piedmont aux sédiments tendres du littoral, a donné naissance à une série des chutes, la Fall Line.

Les Grandes Plaines intérieures
Des Alleghenies aux Rocheuses, des Grands Lacs au golfe du Mexique, sur 2500 km de long et autant de large, s’étendent à l’infini les grandes plaines intérieures. Formé de sédiments d’âges divers au Centre et au Nord, de débris arrachés aux Rocheuses à l’Ouest, d’alluvions fluviatiles ou marines au Sud, cet immense paysage monotone ne présente que de rares accidents de terrain : les monts Ozark dans l’Arkansas, et les Black Hills dans les Dakotas, qui dépassent 2000 m.

Autour des Lacs, de l’Ohio et du Mississippi supérieur s’étendent les Prairies du Middle West; vers les Montagnes Rocheuses, ce sont les Hautes Plaines, à l’altitude plus forte, à l’herbe plus rase, domaine de l’élevage plus que de la culture; le Sud enfin est traversé par le Mississippi inférieur et ses affluents, qui l’ont enrichi de leurs alluvions.

La côte, basse le long du golfe du Mexique où se succèdent lagunes et marécages des swamps, devient plus élevée en Floride, ancienne île calcaire rattachée an continent, où elle se frange à l’extrême-sud de récifs coralliens, et d’un archipel tout en longueur, les Keys.

Le Massif des Rocheuses

Sur toute la partie occidentale du continent nord-américain, le Far West, se dresse un bloc montagneux puissant, véritable barrière naturelle, qui occupe le tiers de la superficie totale du pays. Ce massif imposant comprend plusieurs ensembles orientés Nord-Sud
. A l’Est, un premier massif constitue les Montagnes Rocheuses, les Rockies proprement dites, qui vont du Nouveau Mexique au Montana. L’altitude est élevee et les plus hauts sommets atteignent presque 4500 m (pic Pikes, mont Elbert). Toutefois les formes restent assez lourdes; en outre, ce secteur marqué par le volcanisme possède des sources sulfureuses et des geysers comme le célèbre Old Faithful dans le Parc national de Yellowstone.

Plus à l’Ouest se rencontrent d’immenses plateaux, calcaires au Sud, où ils sont entaillés par le Colorado, volcaniques au Nord, en Oregon et Washington. Ce sont de vrais déserts où subsistent les fonds desséchés d’anciens lacs (Bonneville Flats), ou le résidu d’une mer intérieure disparue qu’est le Grand Lac Salé. C’est dans cette région que se situe le point le plus bas de tout le territoire américain, la Vallée de la Mort, à 85 m au-dessous du niveau de la mer.

La barrière côtière Pacifique
A l’extrême Ouest enfin se dresse la barrière côtière pacifique, comprenant d’une part la Sierra Nevada et la chaîne des Cascades, d’autre part la Coast Range. Culminant à 4440 m au mont Whitney, ces massifs jouent un rôle important d’écran climatique. Entre eux s’ouvrent des vallées, comme la Grande Vallée de Californie. La Coast Range, qui atteint 2500 m dans les Olympic Mountains, tombe directement sur l’océan; ici et là, le littoral présente toutefois des indentations: Golden Gate de San Francisco, Puget Sound de Seattle.

 

Alaska et Hawaï
Alaska et archipel des Hawaï constituent des Etats à part.

L’Alaska, situé à la latitude du Groenland, couvre l 500 000 km² (plus du double, à lui seul, du plus vaste Etat suivant, le Texas: 700 000 km²). De relief essentiellement montagneux, il possède le sommet le plus élevé des Etats-Unis, le mont MacKinley (6193 m). Les glaciers y sont nombreux.

Les îles Hawaï, sous le tropique du Cancer, gardent en activité toute une série de volcans.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.