Ne manquez pas !
Accueil / Magazine / LeRoy Neiman, le peintre du sport

LeRoy Neiman, le peintre du sport

Dés mon arrivée aux Etats-Unis en 1959, dans les magasins de sport, se trouvaient des copies de tableaux très facilement reconnaissables : les événements sportifs vus par un artiste américain, LeRoy Neiman. 

Par André Girod

Que ce soit le football, les courses de chevaux, les olympiades, en quelques coups de pinceaux nerveux et très colorés, LeRoy Neiman brossait la quintessence du moment d’effort et de victoire.
Neiman est né LeRoy Runquist mais, enfant abandonné, il est adopté par son beau-père d’où le nom de Neiman. Il est né à Saint Paul dans le Minnesota mais très vite son talent de dessinateur est reconnu.

Alors qu’il n’est qu’en 6e, un de ses dessins remporte un prix national. La peinture deviendra son activité principale. Mais encore faut-il être assez talentueux pour être reconnu par ses pairs et les critiques. Une rencontre va le propulser sur le devant de la scène : pas moins que Hugh Hefner,  le créateur de Playboy.

En voyant son travail, Hefner lui demande de faire des illustrations pour son magazine qui devient célèbre en Amérique. Il doit illustrer les activités de l’homme dans tous les domaines, surtout sportifs.

Alors il va voyager pour suivre ces grandes manifestations : jeux olympiquesSuperBowlWorld seriesKentucky Derby, les tournois de golfWimbledon, les régates, la boxe et plus tard les soirées mondaines depuis le festival de Cannes jusqu’à Venise.

Ses safaris vont l’encourager à peindre de nombreux animaux
Ce qui caractérise l’œuvre de Neiman, c’est sa façon d’attaquer le sujet. Il le dira lui-même au cours d’un entretien : il avait trouvé des pots de peintures abandonnés dans un local. Il les récupère et s’aperçoit qu’en faisant couler la peinture liquide sur une toile, il peut par des coups rapides et nerveux donner vie à une action.

«  Fast flowing of paint makes fast flowing action »
Il doit se dépêcher pour traduire le mouvement des sportifs avec cette peinture qui coule constamment sur la toile. Cet exercice rend d’une façon remarquable les gestes des sportifs, le lancer du ballon, le cheval en pleine course, le bateau qui vire, le poing qui frappe, le coup de pied, l’envolée du sauteur, la batte de baseball qui touche, le coup droit d’une raquette mais aussi le musicien de jazz dans une boite de nuit ou le toréador qui évite le taureau.

Les touches de peinture débridées, flamboyantes, apportent le flou nécessaire pour donner l’impression de vitesse, d’effort musculaire ou de rage de vaincre.

Dans sa biographie «  Art and life among athlètes, playboys, bunnies and provocateurs » Neiman se plonge dans cette vie étrange qu’il a mené parmi les vedettes su sports, dans les soirées mondaines.

Il est indiscutable qu’il est extrêmement facile de reconnaître les toiles de Neiman. C’est sans doute ce qui peut qualifier, en dehors de tout sujet, un grand artiste.

Dire en voyant un tableau, ça c’est un Neiman, fait que l’artiste par sa méthode de travail, sa recherche de la technique s’est créé sa niche dans le monde de l’art.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.