Ne manquez pas !
Accueil / Magazine / Forêts, déserts, steppes et prairies, la végétation aux Etats Unis

Forêts, déserts, steppes et prairies, la végétation aux Etats Unis

Les conditions climatiques jouent naturellement un rôle essentiel dans la répartition de la végétation, mais ce n’est pas le seul élément à considérer. Les grandes zones naturelles du territoire des Etats-Unis sont fonction de conditions également morphologiques et pédologiques.

l n’est pas jusqu’à l’intervention de l’homme qui n’ait entraîné des bouleversements, par le déboisement, le défrichement, l’extermination des bisons, par exemple. An total, on peut distinguer cinq grands paysages végétaux:

La forêt
Si son domaine s’étendait au 17e siècle sur plus de la moitié du territoire américain, il a de nos jours singulièrement rétréci.

Les forêts demeurent néanmoins étendues dans l’Ouest et le Nord. Autour des Grands Lacs (Minnesota, Wisconsin, Michigan) c’est une forêt-sœur de la grande sylve canadienne, composée de résineux, d’érables, de bouleaux, etc.

Dans le massif appalachien, les conifères le disputent aux arbres à feuilles caduques.

Sur la côte atlantique, les forêts ont été décimées par les colons européens afin de faire place à leurs cultures.

La végétation forestière des Montagnes Rocheuses comprend des conifères au Nord, des feuillus au Sud.

Sur les chaînes du Pacifique on remarque encore ici et là de superbes séquoias géants parfois millénaires. Dans les Etats de Washington et d’Oregon, l’exploitation des pins de Douglas constitue une activité essentielle. En Californie, la forêt de pins se dégrade souvent pour faire place au maquis de chapparal.

Le domaine de la prairie
Il s’allonge à perte de vue du 100e méridien jusqu’aux Appalaches. Le type même de la prairie à l’état naturel était le mieux réalisé dans le Middle West, où vivaient autrefois les troupeaux de bisons et les Indiens Sioux.

Cette région possède des sols assez fertiles qui, convenablement arrosés, donnaient primitivement un paysage de hautes herbes parsemé de bouquets d’arbres; ce sont aujourd’hui les domaines d’élection du blé, d’hiver au Sud, de printemps au Nord (wheat belt), et du maïs associé à l’élevage des porcs (corn belt).

Le paysage de steppe
Il succède à la prairie au-delà du 100e méridien en direction deMontagnes Rocheuses; il couvre toutes les hautes plaines, du Texas au Montana. Les sols y sont médiocres, les précipitations faibles, l’herbe rase.

C’est avant tout le pays de l’élevage extensif; les rares cultures ne sont possibles que dans les secteurs irrigués ou bien grâce à la pratique du dry farming.

Les régions désertiques
Ces régions ne permettent guère de cultures, elles non plus, si ce n’est dans quelques endroits favorisés: ainsi Salt Lake City, où une irrigation minutieuse apporte l’eau des monts Wasatch. La végétation est principalement composée de xérophytes: cactus et cierges gigantesques, agaves, buissons épineux, arbustes rares et chétifs, tel est le paysage, rendu familier par les films de western, présente par le Nevada et l’Arizona.

Dans les régions subtropicales
(CalifornieLouisianeFloride, archipel des Hawaii), la végétation naturelle est exubérante, et surtout l’on trouve des plantes particulières telles que la canne à sucre, le riz ou le coton; les îles Hawaï sont le domaine d’élection de l’ananas.

En ce qui concerne l’Alaska enfin, tout le centre et le Nord sont occupés par la toundra de mousses, de lichens et d’arbustes souffreteux épargnés par le vent.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.