Ne manquez pas !
Accueil / Sud / Fort Myers et Sanibel

Fort Myers et Sanibel

Fort Myers et Sanibel
4.7 (94.29%) 7 votes

La Floride d’autrefois, avec ses plages de sable blanc immaculé, sa faune et sa flore exotiques, sa végétation subtropicale luxuriante. Situé dans le sud-ouest de la Floride ce petit paradis est un lieu de vacances très prisé des touristes internationaux mais aussi des habitants de l’Etat.

Au sud-ouest de la Floride, sur le Golfe du Mexique, entre Naples et Sarasota, Lee County est situé entre les comtés de Collier et de Charlotte. Lee County est composé de régions très différentes, chacune d’elles possédant sa propre identité. Les plus célèbres sont les îles de Sanibel et de Captiva, reliées au continent par une route surélevée, de 5 km de long et unies entre elles par un pont à Blind Pass.

La légende raconte que le pirate José Gaspar construisit sa maison à Pine Island, établit son quartier général sur l’île de Sanibel et garda ses femmes en captivité sur l’île de Captiva. On dit aussi qu’il enterra son butin sur l’île de Gasparilla et emprisonna sa bien-aimée, la princesse mexicaine Joseffa sur l’Ile d’Useppa.

Sanibel, la capitale des coquillages
Sanibel est réputée pour ses coquillages et pour cette pose particulière des ramasseurs et collectionneurs, penchés vers le sable, que l’on appelle le « Sanibel Stoop« . Les plus passionnés, lampe électrique au front, tâchent d’être les premiers sur les plages afin de commencer au plus tôt la recherche d’un beau spécimen parmi les quelque 400 variétés de coquillages qui parsèment le rivage, plus particulièrement après une marée très haute ou très basse. Mais pour la plupart des visiteurs ce n’est qu’un agréable prétexte pour passer de longues heures au soleil le long d’un littoral qui compte parmi les plus beaux d’Amérique du Nord.

Sur Sanibel Island, se trouve le J.N. « Ding » Darling National Wildlife Refuge, vaste étendue marécageuse de plus de 240 000 hectares, qui sert de refuge à des milliers d’oiseaux migrateurs; on ne compte pas moins de 220 espèces. Il tient son nom d’un célèbre dessinateur humoristique des années 1940, « Ding » Darling, qui sut convaincre le président Harry Truman de préserver ce coin de Floride et d’en faire un refuge ornithologique national.

Au large des côtes des îles de Sanibel et de Captiva, plus d’une centaine d’îles côtières sont accessibles par bateau uniquement. Un grand nombre d’entre elles ne sont peuplées que d’un bouquet de palétuviers, tandis que d’autres recèlent de magnifiques plages.

Le nord de Captiva et la réserve de l’île Cayo Costa
Deux régions réputées pour leurs rivages agréables, pratiquement déserts, ainsi que pour l’abondance de leurs coquillages. Les guides spécialisés dans la collecte de coquillages organisent des excursions vers ces îles où il sera plus facile de découvrir de magnifiques spécimens que sur les îles plus accessibles.

L’Etat acheta Cayo Costa en 1985 et le Département des Ressources Naturelles de la Floride conserve quelques maisonnettes anciennes dans la partie nord de l’île, près de Johnson Shoals. Si romantiques que soient les îles désertes, le marin moderne aura peut-être envie, de temps en temps, d’un port d’attache un peu plus confortable. Il trouvera à Cabbage Key un repos bien mérité. Située à l’indicateur du Mile 60, sur la voie navigable inter côtière, cette île a pour sommet un ancien tumulus indien, fait de coquillages, par la tribu Calusa.

Boca Grande
Boca Grande, toute proche de Captiva et de Pine Island en bateau, mais à une heure et demie en voiture, est une charmante petite ville datant du début du 20e siècle. Les membres de l’Association des Guides de pêche au tarpon de Boca Grande, composée en majeure partie de capitaines de la région, marins depuis trois ou quatre générations, fournissent aux pêcheurs tout l’équipement nécessaire leur permettant de passer une excellente journée de pêche au gros. La pêche au tarpon se développa vers 1880 dans le détroit de Pine Island. La région de Boca Grande, entre Cayo Costa et les Iles Gasparilla, est considérée comme une capitale mondiale de la pêche au tarpon.

Pine Island
L’île de Pine Island nous ramène aux temps où la pêche constituait la plus importante industrie de la région. On s’y rend par la route à partir de Matlacha grâce au pont sans doute le plus fréquenté des pêcheurs aux Etats-Unis… Des marins du petit village de Bokeelia proposent en location des bateaux permettant d’accéder facilement aux îles les plus éloignées. A l’issue d’une vingtaine d’années de fouilles archéologiques, le Randell Research Center sur Pine Island a inauguré un circuit d’un kilomètre, le long duquel on découvre la vie quotidienne d’un village remontant à 1500 ans. Une plateforme d’observation a été érigée sur le plus élevé des tumulus de coquillages. Les Indiens Calusa disparurent de la région au milieu du 18e siècle.

 

Fort Myers
Un peu plus au sud, se trouve l’île d’Estero, qui abrite la plage de Fort Myers, longtemps considérée comme l’une des plages les plus sûres de Floride, en raison de son littoral doucement incliné. Pendant l’hiver, la baie d’Estero accueille une importante flottille de bateaux de pêche et de crevettiers. Les restaurants profitent des prises toutes fraîches rapportées par les pêcheurs, vivaneau et mérou tout particulièrement.

On peut louer des bateaux de plaisance ou de pêche dans les marinas. A Fort Myers, la « ville des palmiers » se trouve la résidence d’été du génial inventeur Thomas Edison. Edison s’installa en Floride du sud pour des raisons de santé. Cela lui réussit, il vécut jusqu’à l’âge de 84 ans.

Au cours des 46 hivers qu’il passa à Fort Myers, Edison reçut des invités prestigieux tels que Harvey Firestone, le naturaliste John Burrough, le futur président des Etats-Unis Herbert Hoover, ainsi que son collègue et grand ami Henri Ford. Henri Ford possédait lui aussi un domaine à Fort Myers, « Mangoes » ouvert au public depuis février 1990, après avoir été entièrement restauré. Ford acheta cette maison pittoresque en 1916 afin d’habiter près de son ami Edison durant les mois d’hiver. Les deux propriétés sont séparées par une barrière que les deux familles avaient surnommé le « mur de l’amitié ».

Entre Terre et Océan : The Great Calusa Blueway 
Les amateurs de kayak de mer peuvent emprunter, de Bonita Springs à Caya Costa, un réseau de canaux naturels permettant de naviguer entre îlots de palétuviers et criques secrètes, à l’écart des lieux civilisés entourés d’une abondante faune et flore sauvages.Il y a 2000 ans, les Indiens Calusa, les premiers habitants de cette région, avaient déjà emprunté ce même réseau hydrographique à bord de leurs embarcations. Aujourd’hui, on peut se repérer grâce au GPS ou aux cartes à travers ce magnifique labyrinthe vert et bleu.

Great Florida Birding Trail
La Floride du sud qui englobe la région de Fort Myers-Sanibel et son archipel est désormais reliée au « Great Florida Birding Trail « , un circuit ornithologique de 3.200 km, répertoriant 515 sites d’observation.

Ce nouvel accès se trouve à Audubon Corkscrew Swamp Sancturary, une réserve naturelle de 5 000 hectares considérée comme l’un des meilleurs sites d’observation des oiseaux et autres animaux sauvages, facilitée notamment grâce à ses 5 km de sentiers surélevés en planches. On dénombre dans la région plus de 300 espèces d’oiseaux migrateurs ou sédentaires, tels les hérons, ibis blancs, aigrettes, pélicans, mouettes,rapaces.

La ville des Palmiers, entre la côte et le fleuve Caloosahatchee, Fort Myers (62 000 habitants), est la porte d’entrée vers la Floride du Sud.

Nommé en hommage à Thomas Edison, le cinéma de Fort Myers a conservé son aspect art-déco typique des années 1950.

Durant l’hiver, la baie d’Estero accueille une importante flottille de bateaux de pêche et de crevettiers.

A fort Myers, la ville des Palmiers se trouve la résidence d’été du génial inventeur Thomas Edison. Edison s’installa en Floride du sud pour des raisons de santé. Cela lui réussit, il vécut jusqu’à l’âge de 84 ans.

Henri Ford possédait lui aussi un domaine à Fort Myers, « Mangoes » ouvert au public depuis février 1990, après avoir été entièrement restauré.

Le jardin botanique de la résidence Edison regorge d’hibiscus mais aussi de nombreuses autres espèces, telles que les « préhistoriques » Cycads, diverses variétés de bambous, toutes sortes de palmiers, ainsi que de fruits tropicaux, mangue, citrus, tamarin, papaye, ou encore lychees.

Banyan tree, ou « Figuier des Banyan » (Ficus benghalensis), un arbre originaire d’Inde, qui se développe sous forme d’une multitude de troncs et peut couvrir un vaste espace. Celui de la propriété Edison-Ford est l’un des plus gros des Etats-Unis continentaux.

Caractéristique d’une zone intertropicale humide, le cocotier est très présent dans le jardin botanique dessiné par Thomas Edison.

La plage de Sanibel, enserrée entre le rivage et une large bande marécageuse.

Sur Sanibel Island, se trouve le J.N. « Ding » Darling National Wildlife Refuge, vaste étendue marécageuse de plus de 240 000 hectares, qui sert de refuge à des milliers d’oiseaux migrateurs.

Construite en 1913, cette maison est un exemple typique de style dit « cracker » propre à la Floride et aux régions tropicales, avec ses hauts plafonds, son vaste porche et sa structure surélevée du sol par des piliers.

Construite en 1895, cette structure fut déplacée dans le « village historique » en 1905 et restaurée dans son apparence des années 1920.

Construite en 1926, ce fut à l’origine une station service, puis un café pour les passagers des ferries. Avant d’être transférée sur cet emplacement, la maison se trouvait au sud de l’île, face à la baie dite de San Carlos.

Sanibel est réputée pour ses coquillages. Mais li faudra vous lever tôt pour découvrir les plus beaux spécimens déposés par les vagues de la nuit.

Chaque année au printemps, des milliers de tarpons traversent la grande passe de Pine Island Sound alors que sur terre, l’abondance de la faune exotique se rencontre dans les parcs et réserves naturelles avec la présence d’aigrettes neigeuses, de spatules rosées, de grands hérons bleus, de la panthère de Floride et de l’ours noir.

Les îles Sanibel et de Captiva sont reliées au continent par une route surélevée de 4,8 km de long et unies entre elles par un pont à Blind Pass.

Un village de maisons tropicales en bois, peintes de couleur vives. Un charme à l’ancienne.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.