Ne manquez pas !
Accueil / Uncategorized / Une histoire du Cinéma Américain – Les Années 1930

Une histoire du Cinéma Américain – Les Années 1930

Le genre romanesque costumé trouva, à l’époque, sa meilleure expression dans The Four Horsemen of the Apocalypse (Les quatre Cavaliers de l’Apocalypse, 1921), du metteur en scène irlandais Rex lngram, film qui fut à l’origine de la prodigieuse carrière de Rudolf Valentino.

Le 6 octobre 1927 marque une date capitale dans l’histoire du cinéma, celle de la production, par la Warner Bros, du premier film entièrement parlant, The Jazz Singer, avec Al Jolson.

 

L’apparition du Parlant
Le premier film en couleur avait déjà été réalisé en 1925; il s’agissait de The Black Pirate, interprété par Douglas Fairbanks.

Bientôt, chaque studio s’essaya dans la réalisation de films sonorisés mais aucun metteur en scène ne put égaler la maîtrise avec laquelle René Clair utilisa les ressources du son. L’interprétation de l’Hallelujah de King Vidor (1928) fut entièrement confiée à des acteurs Noirset les possibilités sonores contribuèrent a rendre plus juste et plus sensible l’atmosphère du film.

Les expériences se succédèrent : pour All Quiet on the Western Front (A l’Ouest rien de nouveau, 1930), adapté avec brio du roman d’Erich Maria RemarqueLewis Milestone utilisa à la fois deux caméras, l’une muette et l’autre sonore; le Dr Jekyll and Mr Hyde(1932) de Reuben Mamoulian, interprété par Frederic March, fut le premier film américain à faire usage d’effets sonores.

Les effets sonores jouaient un rôle important dans les films de gangsters des annees Trente comme Little Caesar de Mervyn Le Roy (1930), The Public Ennemy (1931) et Scarface (1932) de Howard Hawks qui représentaient une nouvelle forme de réalisme.

L’avènement du son chassa un grand nombre de vedettes du cinéma muet des années Vingt qui s’étaient souvent révélées peu «phonogéniques». Bien des excès furent commis car on se contenta souvent de chercher des «voix» sans permettre aux anciennes gloires de s’adapter aux méthodes nouvelles.

Comédies Musicales, Polars Psychologiques et Drames réalistes

Mais une nouvelle génération de grands comédiens apparut bientot: les Marx BrothersEd WynnEddie CantorW.C. FieldsJimmy DuranteFrank Morgan et Bob Hope.

Les années Trente furent l’époque d’élection des comédies musicales et dansantes dont les vedettes les plus célèbres sont Fred Astaire et Ginger Rogers auxquels succédèrent, dans les années Quarante et Cinquante, Gene Kelly et Donald O’Connor.

En 1935, Alfred Hitchcock arriva d’Angleterre pour donner naissance au genre du film policier psychologique. Sa carrière sera jalonnée, entre autres succés, par The 39 Steps(1935), Secret Agent (1935), Suspicion (1941), Lifeboat (1944), Notorious (1946), To catch a Thief (1955) et Psycho (1960).

Le metteur en scène John Ford, en collaboration avec le scénariste Dudley Nichols, réalisa une série de drames réalistes dont The Informer (1935), oeuvre puissante tirée d’un roman patriotique de l’Irlandais O’FlahertyThe Lost Patrol (1934) et Stagecoach(1935).

John Ford se consacra ensuite principalement au western qu’il haussa souvent au rang de chef-d’oeuvre.

Une autre collaboration se révéla fructueuse, celle du metteur en scène Frank Capra avec le scénariste Robert Riskin. Ils réalisèrent ensemble des comédies de mœurs comme It Happened One Night (avec Clark Gable et Claudette Colbert, 1934), You Cant’ Take it with You (1938) et Mr. Snzith Goes to Washington (1939).

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.