Ne manquez pas !
Accueil / Uncategorized / Une histoire du Cinéma Américain – Griffith et Sennett

Une histoire du Cinéma Américain – Griffith et Sennett

Après la première utilisation de la pellicule à des fins narratives, avec The Great Train Robbery de Edwin S. Porter (1903), le cinéma américain prit son premier grand élan avec les travaux de D.W. Griffith.


D.W. Griffith 
Outre les progrès considérables qu’il introduisit dans la technique de la caméra (gros plans, plans moyens, montage de plus en plus souple, et, surtout, travelling), Griffith accomplit un total renouvellement dans la direction des comédiens et dans l’interprétation cinématographique, qu’il libéra des gesticulations et des mimiques exagérées.

Griffith dirigea Mary Pickford Lillianet Dorothy Gish, Blanche Sweet, Mack Sennet et Lionel Barrymore. Il mit en scène, en 1915, le premier film épique américain, le très contesté Birth of a Nation («Naissance d’une nation»), qui retraçait, trois heures durant, les péripéties de la Guerre de Sécession.

En 1916, il réalisait avec Intolerance une autre fresque gigantesque: quatre époques de l’humanité étaient choisies pour représenter l’intolérance sous ses différentes formes. Mais, bien que la réalisation en fut presque parfaite, le succès de ce film ne fut pas à la mesure de ses ambitions moralisatrices.

Apres le très esthétique et glamour Broken Blossoms (Le Lys Brisé, en 1919), puis Way down East et The Orphans of the Storm, tous deux projetés en 1921, il n’y eut rien d’autre, dans l’oeuvre de Griffith, digne d’être comparé aux quatre films qui lui avaient valu une notoriété mondiale. Griffith fut cependant le maître d’une époque et S.M. Eisenstein a pu déclarer: «ll n’y a pas un cinéaste qui ne lui doive quelque chose. Moi-même, je lui dois tout.»

 

Mack Sennett
Mack Sennett, qui fut l’élève de Griffith aux Biograph Studios, avait deux ambitions: se lancer dans la mise en scène et surpasser 
Max Linder. En 1913, il obtint la direction des Keystone Studios où il put perfectionner et mettre en pratique ses conceptions du cinéma comique.

II mit surtout l’accent sur l’action, menée à un rythme étourdissant, et créa un comique purement visuel, l’intrigue étant toujours improvisée et soutenue par une suite ininterrompue de gags. Il introduisit le personnage de l’agent de police burlesque, constitua une troupe de policiers, une équipe de sapeurs pompiers et une troupe féminine, les Bathing Beauties.

C’est dire qu’il dirigea de très nombreux comédiens au cours de la réalisation des quelque 140 films qu’il mit en scène.

Sennet suscita l’intérêt de toute une génération de comédiens pour ses techniques du cinéma comique et fut le maître de Ford Sterling, Fatty Arbuckle, Charlie Murray et Ben Turpin auxquels vinrent plus tard se joindre Charlie Chaplin et son frère Sydney. Il enseigna également la mise en scène à des cinéastes qui devaient jouir ensuite d’une grande renommée, comme Frank Capra, Leo Mc Carey et George Stevens.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.