Ne manquez pas !
Accueil / Sud / Savannah, la douceur de vivre

Savannah, la douceur de vivre

Célèbre pour ses parcs et ses avenues aux chênes séculaires festonnés de mousse espagnole, pour ses demeures anciennes, ses fontaines et ses balcons en fer forgé, mais aussi pour sa douceur de vivre et son hospitalité, Savannah est l’une des villes les plus agréables et les plus pittoresques des Etats-Unis.

Le fondateur de Savannah se nomme James Oglethorpe. En février 1733, il débarque sur les rivages de la Savannah River à la tête d’un groupe de 120 immigrants anglais et écossais, donnant naissance à la Géorgie, ainsi nommée en l’honneur du roi d’Angleterre Georges II.

Dernière et  plus méridionale des 13 colonies américaines, la Géorgie servit de tampon entre la Caroline du Sud, colonie de la couronne d’Angleterre, et la Floride appartenant à la couronne d’Espagne, limitant ainsi la progression des Espagnols vers le nord.

Assez rare dans les implantations des colonies américaines, une bonne entente entre les nouveaux-venus et les tribus Yamacraw installées sur le territoire permit à la colonie d’établir la ville de Savannah, laquelle put s’étendre rapidement et ne tarda pas à connaître la prospérité.

La particularité de Savannah, réside dans son plan urbain géométrique régulier, de type damier, urbanisme planifié précurseur à cette époque, et qui se généralisera bien plus tard dans les grandes métropoles industrielles américaines. Un plan conçu et réalisé par le fondateur James Oglethorpe lui-même : les larges avenues bordées d’arbres coupent les rues à angle droit; à intervalles réguliers sont aménagés des parcs rectangulaires largement arborés et souvent agrémentés de fontaines ou de statues.

Sur les 24 parcs d’origine, 22 sont toujours partie intégrante de la ville historique, espaces de verdure et de tranquillité, où l’on apprécie l’ombre et la fraîcheur offertes par les chênes séculaires aux branches festonnées de mousse espagnole.

Libérée en 1782 des mains de l’armée anglaise auxquelles elle était tombée au début de la Guerre d’Indépendance (1775-1783), Savannah connut une grande prospérité avec le commerce maritime. Les productions locales de Géorgie et de Caroline du Sud, principalement riz et coton étaient envoyées au port situé sur la rive droite de la Savannah river (au nord de l’actuel district historique).

Le port, qui rivalisa par l’importance de son trafic avec celui de la proche Charleston, fut le témoin actif du « commerce triangulaire » par lequel le commerce des esclaves et la vente des matière premières furent organisés entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. La richesse des sols et un climat favorable à la culture du riz et du coton renforcèrent le besoin des grands propriétaires en en main d’œuvre originaire du continent Noir. L’essor économique était enclenché et, entre la fin de la guerre d’Indépendance et le début de la Guerre Civile Savannah concurrença Charleston sur un autre point : le luxe et la somptuosité des demeures qui y furent construites par les plus riches de ses habitants.

Comme nombre de grandes villes de l’époque, Savannah eut à connaître quelques revers : une épidémie de fièvre jaune, en 1880, décima 10% de la population; deux incendies dévastateurs, en 1776 et en 1820, au lendemain desquels il fallut se mettre à reconstruire…

Jusqu’à ce qu’éclate la Guerre Civile (ou Guerre de Sécession – 1861-1865), Savannah fut réputée pour sa douceur de vivre, pour son mode de vie propre au « Vieux Sud« , pour sa vie sociale et intellectuelle, tout autant que pour la réussite de son développement urbain.

La guerre civile déclencha le blocus du port de Savannah et l’effondrement de l’économie. L’armée de l’union saisit en 1862 Fort Pulawski, réputé imprenable. La ville elle-même resta libre deux ans de plus, jusqu’à l’arrivée du Général Sherman qui, en novembre 1864, après avoir réduit Atlanta en cendres, investit Savannah lors de sa célèbre « Marche vers la mer » ou « Campagne de Savannah ».

Mais Savannah fut préservée de la destruction et n’eût pas à subir le terrible sort que connut Atlanta. Des années de reconstruction économique furent cependant nécessaires. Une reconstruction rendue plus difficile avec le paiement par le Sud de la dette de guerre du vaincu, et avec l’abolition de l’esclavage sur lequel l’économie reposait.

Il faudra attendre presque un siècle, jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale, pour que Savannah soit définitivement sortie de la torpeur dans laquelle la fratricide Guerre de Sécession l’avait plongée. Un retour de l’économie industrielle et agricole, accompagné de l’essor de la culture et du tourisme dans cette ville qui non seulement survécut à la Guerre Civile, mais fut sauvegardée à partir de 1950 des velléités de rénovations sauvages de l’après Guerre mondiale avec le classement au titre de « patrimoine historique » de ses demeures anciennes et de ses parcs par l’Historic Savannah Foundation.

Au terme de plus de deux siècles d’une histoire mouvementée, alternant douceur de vivre et périodes sombres, Savannah est aujourd’hui une ville captivante,  dans laquelle le touriste a plaisir à flâner, profitant d’un climat d’une grande douceur même en hiver, sous les chênes séculaires recouvert de cette mousse espagnole si caractéristique de l’atmosphère du « Vieux Sud ».


Que voir à Savannah
Le District Historique de Savannah, établi en 1966, est l’un quartiers historiques les plus étendus des Etats-Unis. Il s’étend des rives de la Savannah River, au nord, jusqu’au parc Forsyth, au sud.

Les Parcs – Vingt-deux parcs sont ménagés de façon géométrique à certains angles de rues. De nombreux bancs permettent de s’y asseoir à l’ombre des grands chênes. Visitez aussi le grand Forsyth Park, sa magnifique allée de chênes et sa belle fontaine, au sud du district historique.

Les maisons « Antebellum » (antérieures à la Guerre Civile) – The Pirate’s House (la Maison des Pirates), la Juliette Gordon Law House, la Mercer House, la Green-Meldrim Mansion, la Old Sorel House…

Le Riverfront – un quartier actif et commercial où ont été conservés les entrepôts du 19e et du début du 20e siècle.

Franklin Square/City Market – Un petit secteur réputé pour ses cafés et ses restaurants.

Les lieux de culte – St John Episcopal Church, First African Baptist Church, Independant Presbyterian Church, Lutheran Church of the Ascension, et le Temple Mickeve Israel, troisième plus ancienne synagogue d’Amérique.

Les musées – The Telfair Academy of Arts and Sciences, Le Jepson Center for the Arts.

Et à proximité, Tybee Island, la plage de Savannah.

Dans les années 1840, un vaste terrain boisé fut réservé pour l’aménagement du premier parc récréatif de Savannah. Le parc fut nommé en l’honneur du gouverneur de Géorgie, John Forsyth. Dans les années 1850, on aménagea de larges allées bordées d’arbres et de plantes exotiques. Après la Guerre Civile furent aménagées des extension destinées aux parades militaires.

Au cœur de Forsyth Park, cette fontaine (Forsyth fountain) construite en 1858, entourée de grilles en fer forgé, rappelle les fontaines de la Place de la Concorde à Paris.

Pulaski square, nommé en l’honneur du général Casimir Pulaski, patriote polonais qui fut tué à Savannah le 9 octobre 1779 lors d’un assaut des troupes américaines et françaises contre les lignes britanniques entourant la ville.

Comme dans de nombreux sites touristiques, des calèches conduisent les touristes à travers les points les plus intéressants de la ville.

Une atmosphère britannique avec ce pub de la vieille ville de Savannah.

Sur les 24 parcs d’origine, 22 sont toujours partie intégrante de la ville historique, espaces de verdure et de tranquillité, où l’on apprécie l’ombre et la fraîcheur offertes par les chênes séculaires aux branches festonnés de mousse espagnole.

Un monument dédié à James Edward Oglethorpe (1696-1785), grand soldat et philanthrope, fondateur de la colonie de Géorgie.

Avenues bordées de chênes, nombreux parcs, balcons est trotoirs fleuris, Savannah est une des villes les plus vertes des Etats-Unis.

La congrégation de Saint Jean Baptiste se forma à la fin du 18e siècle lorsque des émigrés fuyant la Révolution française en France et en Haïti trouvèrent refuge à Savannah. La cathédrale fut consacrée sur ce site en avril 1876.

La maison natale de Juliette Low (1860-1972), dans laquelle la fondatrice des Girl-Scouts of America vécut jusqu’à l’âge adulte.

Green-Meldrim Mansion fut le quartier général du général William Sherman du 22 décembre 1864 au 1er février 1965. La maison, construite par un Britannique du nom de Green, est typique d’une résidence de style Gothic Revival.

Le Mercer-Williams House Museum. Une maison antebellum à l’architecture typique du Sud, célèbre pour avoir été le théâtre en 1981 d’un assassinat dont l’histoire est reprise dans le livre puis dans le film « Minuit dans le jardin du bien et du mal » (Midnight in the Garden of Good and Evil). Réalisé par Clint Eastwood, le film est tourné à Mercer House.

L’Independant Presbyterian Church fut achevée en 1819 puis détruite par le feu en 1889 avant d’être reconstruite deux ans plus tard sur le modèle de la précédente. Elle est considérée comme un exemple classique des églises américaines.

Une grande épidémie de fièvre jaune frappa Savannah en 1820. Près de 700 personnes, parmi lesquels deux médecins, en moururent. D’autres épidémies, bien que de moins grande ampleur, suivirent.

Très apprécié des visiteurs, avec ses antiquaires, ses bistrots et ses restaurants, le City Market est la version restaurée de l’ancien marché de Savannah.

Une maison de style Greek Revival, construite par un commerçant français du nom de Sorrel installé en Géorgie, typique de l’architecture méditerranéenne répandue à Savannah durant la première moitié du 19e siècle.

La mousse espagnole, une plante épiphyte qui se développe sur les arbres sous les climats chauds et humides, et qui contribue au charme Savannah et de nombreuses autres villes du sud des Etats-Unis.

Eglise épiscomale, Christ Church, dite « the Pother Church of Georgia » fut fondée en 1733. La première construction de l’église sur cet emplacement date de 1744. L’actuelle structure date de 1838.

Un musée de style néoclassique Régence, construit par l’architecte britannique William Jay entre 1818 et 1819 pour le compte d’Alexander Telfair. La Telfair Academy se consacre aux oeuvres américaines et européennes des 19e et du 20e siècles. Oeuvres de Childe Hassam, Frederick Frieseke, Gari Melchers, Robert Henri, George Bellows, George Luks…

Conçu par l’architecte Moshe Safdie et ouvert en 2006, le Jepson Center est consacré à l’art contemporain. Oeuvres de Jasper Johns, Chuck Close, Roy Lichtenstein, Jeff Koons, Robert Rauschenberg, Frank Stella, Richard Avedon…

Inauguré le 2 janvier 1906, et toujours en activité depuis, le City Hall de Savannah est un bâtiment en granite de style Renaissance Revival. La dorure du dôme date de 1987.

Le Talmadge Memorial Bridge relie, de part et d’autre de la Savannah River, la ville de Savannah et Hutchinson Island. Pont à haubans, long de plus de 3 000 mètres pour une portée de 335 mètres, a été achevé en 1990.

Les premiers entrepôts du port de Savannah furent construits au début du 19e siècle avec ces bâtiments à plusieurs étages le long du « Factor’s Walk » dont le nom rend hommage aux négociants en coton, dont les bureaux se trouvaient dans les étages supérieurs. Le dernier exportateur de coton ferma ses portes en 1956. La rénovation de ce que l’on nomme aujourd’hui River Street débuta en 1977.

Une institution sur River Street, Candy Kitchen est une magnifique fabrique de bonbons et de pâtisseries. Les touristes, alléchés par l’odeur de vanille et de caramel qui se répandent jusque dans la rue ne manquent pas d’y faire un passage et de déguster quelques échantillons.

Le S.S Savannah, premier bateau à vapeur qui traversa l’Océan Atlantique quitta le port de Savannah le 22 mai 1819 pour atteindre Liverpool 27 jours plus tard.

Pour visiter la Savannah River et admirer de près le Talmadge Bridge qui relie Savannah et Hutchinson Island, site du Savannah International Trade & Convention Cente. On peut embarquer en divers point et notamment à la station City Hall sur River Street.

Un navire historique à trois ponts, pour visiter le port de Savannah durant la journée, ou dîner le soir.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.